Version imprimable

Current Size: 100%

Autour de Chenonceaux


Sortir de la ville, et entrer dans l’Histoire…


vers-chenonceau

Après une promenade au cœur du quartier Plumereau ou le long des artères commerçantes de Tours, nous vous invitons à remonter le temps à la découverte des « Joyaux » de notre Histoire !

 

A quelques dizaines de minutes de Tours, les châteaux de la Loire apparaissent… au détour d’un village, au bord d’une rivière ou au fond d’une allée arborée : majestueux, imposants, quelquefois spectaculaires même, tant par leurs dimensions que leur architecture, ils semblent avoir pris rendez-vous avec vous… En terre royale !

Et c’est en plein cœur de la romantique « Vallée du Cher » que nous avons décidé de vous emmener. A quelque 35 km de la capitale tourangelle – côté Est –, se trouve le château le plus visité de France, après Versailles : Chenonceau.

Bâti en 1513 par Katherine Briçonnet, puis embelli par Diane de Poitiers et Catherine de Médicis, il est aussi connu sous le nom de « Château des Dames », puisqu’il a successivement appartenu à six femmes…

Chenonceau-chateauAvec ses cinq arches enjambant le Cher, il est le seul château-pont du monde ! Entre ciel et eau, c’est l’élégance à l’état pur : dans les reflets du fleuve, ce fleuron de la Renaissance offre à voir et à rêver : pièces richement meublées, tapisseries des Flandres, collections de peintures exceptionnelles – Le Tintoret, Le Primatice, Rubens –, grande galerie sur le Cher, étonnantes cuisines construites sur les piles du pont, compositions florales d’exception en accord avec les saisons… Bref, une visite in-con-tour-nable sur le circuit des plus beaux châteaux de la Loire !

Avant de partir, et après une petite pause gourmande au salon de thé de l’Orangerie, il n’y a pas de meilleure idée que d’aller flâner dans les jardins et allées du château – propices à la rêverie –, à l’atelier floral ou dans la Galerie des Dômes qui abrite le Musée de Cire. Plus de 500 ans après sa construction, ce chef-d’œuvre architectural posé à fleur de Cher accueille, chaque année, près d’un million de visiteurs… On vous a dit que vous étiez au bon endroit !

A travers forêt et vignobles, cap sur Amboise, à moins de 20 minutes de là : en guise de prélude, une belle lumière sur le fleuve, une foule de bonnes tables et un air de vacances…

En entrant au cœur de la ville, le château royal apparaît devant vous : du haut de ses jardins, la vue panoramique sur la Vallée de la Loire y est, tout simplement, remarquable… Arrêt sur image.

Un peu plus loin, le Clos Lucé – dernière demeure de Léonard de Vinci – nous invite à partager l’univers du génie italien : collection  d’une cinquantaine de maquettes réalisées d’après les dessins du Maître, machines géantes, reconstitution du « Jardin de Léonard »…
A Amboise, il y fait bon flâner et humer l’air si particulier de la douce Touraine !

Pour qui souhaite continuer ce délicieux périple des bords de Loire, pourquoi ne pas s’arrêter dans l’une des charmantes chambres d’hôtes que compte la Touraine, profiter de la soirée… pour mieux repartir le matin suivant : car, toujours plus à l’est, les châteaux de Chaumont-sur-Loire, Cheverny et Chambord complètent « les visites à ne surtout pas manquer ». Pour y accéder, prendre la rive nord de la Loire… pour la beauté des paysages ligériens : à vos appareils photos !

Une vingtaine de minutes après votre départ d’Amboise, vous voilà à Chaumont-sur-Loire : cet élégant château illustre à la fois  l’architecture défensive de l’époque gothique et l’architecture d’agrément de la Renaissance.
Du haut de la colline où est bâti l’édifice, incroyable belvédère sur la Loire sauvage : définitivement l’une des plus belles vues sur le fleuve royal !
Le Domaine de Chaumont – qui s’étend sur 30 hectares – accueille également le Festival International des Jardins (d’avril à octobre), des installations d’artistes contemporains et des expositions de grands photographes.

chateaudechevernyIl ne vous faudra pas plus de 40 minutes pour arriver jusqu’à Cheverny, petite commune de Sologne abritant l’un des plus grands châteaux de la Vallée de la Loire… Cette propriété seigneuriale appartenant à la même famille depuis plus de six siècles, a inspiré à Hergé « Le château de Moulinsart », demeure du Capitaine Haddock ; une exposition permanente où l’on peut voir la chambre de Tintin ou le laboratoire du professeur Tournesol est d’ailleurs ouverte au public depuis 2001.

Océan de pelouses, parc à l’anglaise, château à l’équilibre parfait, décoration intérieure riche, meute de plus de 100 chiens de chasse à courre, visibles à tout moment de la journée :  ici, règne une belle atmosphère, douce et agréable, que l’on a un peu de mal à quitter !

Mais il est temps de repartir, direction Chambord – à 17 km au nord – en passant à travers la forêt de Boulogne. En guise de bouquet final, un domaine immense de 5 440 hectares, clos par un mur de 32 km… Célébrité internationale, le gigantesque château de Chambord reçoit pas moins de 730 000 touristes en ses murs, chaque année, et près de 2 millions profitent de son parc !

C’est le château de tous les superlatifs : 77 escaliers, 3 niveaux d’habitation, 800 représentations de salamandres, 282 cheminées et 440 pièces au total… heureusement, le visiteur n’en visitera que 80 ! A l’intérieur, c’est un véritable palais en pleine nature, à la gloire de François Ier. A ne surtout pas manquer : les appartements royaux, la collection de tapissericheminées-Chambordes, les plafonds à caissons, l’escalier à double révolution où deux personnes peuvent monter chacune de leur côté sans jamais se rencontrer, même à l’arrivée… (troublant), et les terrasses : admirable point de vue sur le Domaine de Chambord !

A l’issue de cette visite « pas tout à fait comme les autres », on peut choisir de revenir vers Tours via Blois. Bâtie en amphithéatre sur les coteaux dominant la Loire, la ville fut le centre de la Renaissance française : elle est dotée d’un château qui fût la résidence de 7 rois et de 10 reines de France…

Véritable château-musée, il abrite dans l’aile Louis XII, le musée des Beaux-Arts tandis que l’aile François Ier est consacrée au mobilier, arts décoratifs et collections lapidaires.

Enfin, face au château royal, une grande maison bourgeoise de 1856 ne laisse pas indifférent : elle abrite la fameuse « Maison de la Magie », seul musée public en Europe à présenter, en un même lieu – et sur plus de 2000 m² –, des collections de magie et un spectacle vivant permanent. N’oubliez-pas de saluer le dragon à six têtes surgissant aux fenêtres, toutes les demi-heures !

La parenthèse culturelle, côté Chenonceaux, prend fin… l’heure est aux premiers sons et lumières (en saison), parcours illuminés et autres spectacles historiques autour de ces joyaux intemporels ! 

 

  • Français
  • English